Articles comportant le mot clé ‘Sonia Fendler’

Sonia Fendler, directrice de Generali Patrimoine

Par La rédaction, LE 27 septembre 2012, 14:09

Sonia Fendler, directrice de Generali Patrimoine revient sur les raisons de la performance du back-office dédié aux CGPI saluée par la 4ème édition du Classement des back-offices réalisé par l’Argus de l’assurance en partenariat avec Périclès Consulting. Elle évoque également le contexte actuel et les solutions à mettre en place pour y faire face.


Sonia Fendler, directeur du développement et de l’innovation Generali Patrimoine

Par La rédaction, LE 2 octobre 2011, 08:10

Si les CGPI rencontrés par Sonia Fendler, directeur du développement et de l’innovation de Generali Patrimoine, à Patrimonia ne lui ont pas semblés très ouverts à l’innovation, ils lui sont apparus en revanche moins stressés qu’elle ne le redoutait. Par ailleurs, Sonia Fendler rapporte la forte croissance de la souscription d’assurance-vie en ligne pour sa compagnie.


CGPI, vous ne pouvez pas tout faire !

Par La rédaction, LE 30 septembre 2010, 15:09

Ce fut le credo de Sonia Fendler, directrice du développement de Generali patrimoine. Chez ce dernier, au début, n’étaient proposés que des fonds « maison ». Après une première déconvenue, l’assureur a accepté l’architecture ouverte. Mais n’a toujours pas remporté le succès escompté.  « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les CGPI n’y trouvent pas d’intérêt. Il ne faut pas se leurrer : les CGPI ont de nombreux métiers à exercer et ne peuvent pas tout faire », a-t-elle expliqué.  Si les courtiers Internet partenaires de Generali  disposent de 300 millions d’euros d’encours en gestion sous mandat, les CGPI n’en ont que 70 millions. Dans la salle de conférence, certains gérants soulèvent des problèmes récurants : les systèmes d’information ne suivent pas toujours. « Le souci consiste dans le délai de mise en marché des allocations d’actifs. Alors que l’on peut se retrouver avec de grosses variations de marché, les ordres passent à J+3 ou J+4 », précise Grégoire Scheiff de DNCA. « Il faut arriver à faire du J+1, mais c’est effectivement compliqué », répond Sonia Fendler. Les CGPI ont pourtant l’habitude de déléguer certaines tâches à des professionnels comme les experts-comptables ou les notaires.  Mais pour ce qui est de la gestion sous mandat, les CGPI restant frileux. Quelques réactions  :
« Si j’ai fait le choix de la gestion sous mandat, c’est pour me décharger ».
« Y a-t-il vraiment des avantages à la gestion sous mandat ? Côté image et marketing, elle s’est terriblement banalisée, et elle est perçue comme une gestion industrialisée. On peut aussi se demander s’il y a une gestion sous mandat performante ».
« Le fantasme du client, c’est d’avoir du sur mesure. Au final, on fait des portefeuilles moyens et le danger, c’est que personne ne s’y retrouve vraiment ».