Articles comportant le mot clé ‘crise’

Patrimonia s’ouvre dans un climat d’incertitude

Par La rédaction, LE 27 septembre 2012, 08:09

Depuis la crise financière de 2008, Patrimonia a pris l’habitude d’ouvrir ses portes dans un climat d’incertitude, voire d’inquiétude. La 19ème édition de la convention annuelle des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), organisée les 27 et 28 septembre au Centre des congrès de la Cité internationale de Lyon, ne va pas déroger à la règle tant de nombreux sujets touchant directement à l’épargne sont dans le brouillard.

Pas de Budget connu

Il en va ainsi du Budget 2013. Dans les Patrimonia précédents, les projets de loi de finances (PLF) étaient présentés juste avant la tenue de la manifestation. Cette fois-ci, le PLF 2013 sera connu le 28 septembre, le dernier jour de la convention. Certes, le texte ne devrait finalement pas toucher la fiscalité de l’assurance vie puisque, contre toute attente, il est plutôt question de modifier la durée des contrats selon les versements effectués. Cette question devrait être abordée lors du « paquet compétitivité » et soumise au vote des parlementaires d’ici la fin de l’année.

Cela n’empêche pas les CGPI de s’interroger sur l’avenir de l’assurance vie qui représente en moyenne 80% du chiffre d’affaires de leur cabinet et qui subit déjà une décollecte de 5,1 Md€ depuis le début de l’année, selon les derniers chiffres publiés par la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema).

Les commissions en danger

Même questionnement sur MIF 2, alors que la révision de la directive sur les instruments financiers vient d’être examinée le 26 septembre par la commission ECON (Affaires économiques et monétaires) du Parlement européen sous une présidence chypriote nettement moins favorable aux professionnels de patrimoine indépendants européens que ne le laissait espérer le rapporteur Markus Ferber. Or, si le texte est adopté en l’état, les CGPI peuvent dire adieu aux commissions versées par les sociétés de gestion et les assureurs dont ils tirent la majeure partie de leurs revenus.

Enfin, il y a toujours le dossier Solvabilité 2. Si un report au 1er janvier 2014 de l’application de la directive européenne semble de plus en plus probable, le texte ne favorise pas là encore les CGPI. Les nouvelles règles prudentielles vont obliger les assureurs proposant de l’assurance vie à renforcer sensiblement leurs fonds propres. De quoi les inciter à se tourner vers d’autres activités (assurance dommages et prévoyance) et, du coup, peut-être à moins privilégier le canal de distribution CGPI. Déjà, des assureurs ont décidé unilatéralement de baisser le montant des commissions qu’ils reversent à leurs CGPI partenaires.

Jean-Philippe Dubosc


La crise s’invite à Patrimonia, mais sur le mode ma non troppo

Par La rédaction, LE 30 septembre 2011, 13:09

La fin de l’été a modifié en profondeur les perspectives que les CGPI pouvaient envisager pour la fin de l’année 2011 et le début 2012. Le deuxième épisode de la crise entamée en septembre 2008 impacte certes leur activité, mais ils semblent aujourd’hui plus solides et mieux armés pour y faire face, à la fois pour eux-mêmes et pour leurs clients. Le pessimisme est plutôt à chercher du côté des analystes et des observateurs qui n’hésitent pas à parler de naufrage.


Ressentez-vous les effets de la crise ?

Par La rédaction, LE 30 septembre 2011, 10:09

Comment les CGPI ressentent-ils la crise et surtout comment l’ont-ils gérée au quotidien au contact de leurs clients ? Si pour certains la première conséquence a été un surcroit de travail avec beaucoup de réassurance dans leur approche, d’autres au contraire estiment que le contexte financier n’a rien changé à leur rôle de conseil.


“J’ai l’impression d’être à une table du Titanic, mon voisin me demandant le sel tandis que le bateau coule”

Par La rédaction, LE 30 septembre 2011, 09:09

Les congressistes de Patrimonia n’auront pas perdu leur temps, ce matin, en assistant à la conférence inaugurale sur l’emballement des marchés financiers.

Pas de langue de bois. La classe politique, les hedges funds et les banques ont été les cibles des trois débatteurs invités, l’économiste Karine Berger, l’ancien trader Marc Fiorentino, directeur associé de AlloFinance.com, et le président de NYSE Euronext Dominique Cerutti. L’instabilité économique est due à un double défaut de maîtrise des gouvernements, sur les phénomènes spéculatifs et sur l’endettement de leur pays, ont-ils expliqué en substance. Leurs solutions sont radicales. “Il faut une régulation extrêmement forte et couper le lien entre les banques d’investissement et les banques de dépôt, ce qui aurait dû être déjà fait en 2008″, a proposé Karine Berger. Les  banques européennes ayant utilisé les aides publiques à des fins spéculatives, elles doivent à présent “faire la vérité sur la valeur de leurs bilans”. “Il leur faut admettre que certains de leurs actifs ne sont pas correctement “pricés” et que les pays ne pourront pas rembourser intégralement”, a-t-elle tranché. “La valeur de la dette grecque est passée de 100 à 40. Celle de l’Irlande vaut 70, celle de l’Espagne 80, celle de l’Italie 95. Comment le sait-on ? Par la cotation des produits dérivés de couverture (CDS), qui permettent de savoir leur prix”. Elle a cité l’exemple d’Axa, qui a coté la dette grecque à 40 % de sa valeur.

Dominique Cerutti, président de NYSE Euronext, s’en est pris au fonctionnement holistique des 9 000 hedges funds et à l’opacité des transactions boursières : “En Europe, nous n’avons toujours pas de régulation centralisée pour les 132 places différentes qui traitent les échanges d’actions”.

Marc Fiorentino, directeur associé de Allofinance.com, était le plus remonté des trois débatteurs sur la responsabilité de la classe politique française et européenne, “largement incompétente”. “Qu’attendent-ils ? J’ai l’impression d’être à une table du Titanic, mon voisin me demandant le sel tandis que le bateau coule. Il faut restructurer la dette, puis réajuster les dépenses aux revenus”.