Articles pour la categorie ‘Secteurs’

Les présidents des fédérations se réjouissent de MIF 2

Par La rédaction, LE 11 octobre 2012, 16:10

La directive MIF 2  redevient plus favorable aux conseillers en gestion de patrimoine indépendants, même s’il est trop tôt pour se réjouir. La commission ECON du Parlement européen a adopté un texte autorisant les rétrocessions sous condition de transparence. Voici les réactions des présidents des associations de conseils en gestion de patrimoine interrogés par L’Argus TV à la convention Patrimonia, au lendemain du vote.


Seul un tiers des CGPI s’attendent à une croissance de leurs revenus en 2013

Par La rédaction, LE 28 septembre 2012, 14:09

34% des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) prévoient que leurs revenus vont progresser en 2013, selon une enquête intitulée « Les conséquences de la crise pour les CIF », réalisée par Morningstar auprès de plus de 400 conseillers en investissements financiers (dont une majorité de CGPI) et présentée en exclusivité à la convention Patrimonia.

39% anticipent une année neutre 20% tablent sur une mauvaise ou très mauvaise année. Pire : 6% des professionnels interrogés craignent un ralentissement fort.  Il est vrai que 75% des CGPI jugent leurs clients « plus méfiants, plus prudents et plus conservateurs que d’habitude ». La faute à la crise de la zone euro, à la dégradation de la conjoncture économique et à la hausse du chômage. Du coup, les épargnants se tournent vers des produits plus prudents et moins risqués, comme le Livret A.

Ce qui n’empêche pas 22% des CGPI à vouloir privilégier en 2013 les unités de compte (UC). 19% veulent mettre en avant l’immobilier papier (SCPI, OPCI), 16% les fonds en euros, 17% l’immobilier « physique », 10% les fonds, 7% les mandats sous gestion, 5% les produits structurés et 2% les titres vifs.


David Farcy, associé fondateur, Périclès Consulting

Par La rédaction, LE 28 septembre 2012, 07:09

David Farcy, associé fondateur de Périclès Consulting commente devant les caméras de l’Argus TV les résultats du baromètre des back-offices publié dans l’Argus de l’assurance. Il constate un vrai mouvement d’amélioration révélateur d’un fort intérêt des assureurs pour les CGPI. Par ailleurs, il donne quelques pistes d’amélioration possibles pour les années à venir.


Patrimonia s’ouvre dans un climat d’incertitude

Par La rédaction, LE 27 septembre 2012, 08:09

Depuis la crise financière de 2008, Patrimonia a pris l’habitude d’ouvrir ses portes dans un climat d’incertitude, voire d’inquiétude. La 19ème édition de la convention annuelle des conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), organisée les 27 et 28 septembre au Centre des congrès de la Cité internationale de Lyon, ne va pas déroger à la règle tant de nombreux sujets touchant directement à l’épargne sont dans le brouillard.

Pas de Budget connu

Il en va ainsi du Budget 2013. Dans les Patrimonia précédents, les projets de loi de finances (PLF) étaient présentés juste avant la tenue de la manifestation. Cette fois-ci, le PLF 2013 sera connu le 28 septembre, le dernier jour de la convention. Certes, le texte ne devrait finalement pas toucher la fiscalité de l’assurance vie puisque, contre toute attente, il est plutôt question de modifier la durée des contrats selon les versements effectués. Cette question devrait être abordée lors du « paquet compétitivité » et soumise au vote des parlementaires d’ici la fin de l’année.

Cela n’empêche pas les CGPI de s’interroger sur l’avenir de l’assurance vie qui représente en moyenne 80% du chiffre d’affaires de leur cabinet et qui subit déjà une décollecte de 5,1 Md€ depuis le début de l’année, selon les derniers chiffres publiés par la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema).

Les commissions en danger

Même questionnement sur MIF 2, alors que la révision de la directive sur les instruments financiers vient d’être examinée le 26 septembre par la commission ECON (Affaires économiques et monétaires) du Parlement européen sous une présidence chypriote nettement moins favorable aux professionnels de patrimoine indépendants européens que ne le laissait espérer le rapporteur Markus Ferber. Or, si le texte est adopté en l’état, les CGPI peuvent dire adieu aux commissions versées par les sociétés de gestion et les assureurs dont ils tirent la majeure partie de leurs revenus.

Enfin, il y a toujours le dossier Solvabilité 2. Si un report au 1er janvier 2014 de l’application de la directive européenne semble de plus en plus probable, le texte ne favorise pas là encore les CGPI. Les nouvelles règles prudentielles vont obliger les assureurs proposant de l’assurance vie à renforcer sensiblement leurs fonds propres. De quoi les inciter à se tourner vers d’autres activités (assurance dommages et prévoyance) et, du coup, peut-être à moins privilégier le canal de distribution CGPI. Déjà, des assureurs ont décidé unilatéralement de baisser le montant des commissions qu’ils reversent à leurs CGPI partenaires.

Jean-Philippe Dubosc


Baisse de l’offre d’assurance vie dans les banques

Par La rédaction, LE 26 septembre 2012, 10:09

Le bilan de l’Autorité des marchés financiers (AMF), à partir des 540 “visites mystère” réalisées auprès de 11 enseignes bancaires, montre que l’offre commerciale est plus différenciée et mieux adaptée au profil déclaré par l’enquêteur qu’en 2010. Mais en termes de produits, c’est l’assurance-vie qui en fait les frais.

Pour mémoire, l’assurance vie représentait la moitié des offres commerciales, quel que soit le profil de l’enquêteur, ce qui pouvait suggérer que la souscription était davantage guidée par des stratégies commerciales que par les demandes des clients. En 2012, les conseiller bancaires ont nettement réduit la place de l’assurance vie qui chute à 29% pour les prospects averses au risque à qui l’on a proposé à la place des livrets bancaires, des comptes à terme et des parts sociales (62% des offres).

Quant aux prospects qui souhaitent dynamiser leur épargne, l’assurance vie tombe à 37 % des produits, laissant la place à davantage d’instruments financiers (actions, OPCVM).


Le doublement des livrets ôtera 12 à 18 Md€ de collecte à l’assurance-vie

Par La rédaction, LE 26 septembre 2012, 10:09

Pierre Duquesne a remis hier son rapport sur la réforme de l’épargne réglementée au ministre de l’Economie et des Finances. On y trouve une estimation des flux d’épargne attirés par le doublement des plafonds du Livret A et du Livret de développement durable (LDD).

La mesure pourrait entraîner 30 à 55 Md€ de collecte sur deux ans, les deux tiers allant vers le Livret A et le reste vers le LDD. D’après les experts, le relèvement des plafonds ne conduira pas à drainer une épargne nouvelle mais provoquera un transfert de l’épargne déposée sur les produits bancaires (livrets fiscalisés, dépôts) et nuirait à l’approvisionnement des contrats d’assurance-vie.

Pour les compagnies, la perte de collecte “fraîche”est estimée entre 12 et 18 Md€, soit 1% des encours de l’assurance-vie. « Ces montants ne sont pas du tout négligeables, mais ils ne sont pas incommensurables. Ils ne sont en aucune manière de nature systémique », avance le rédacteur.


La durée fiscale de l’assurance vie fera partie du “paquet compétitivité”

Par La rédaction, LE 26 septembre 2012, 10:09

L’Argus de l’Assurance avait déjà évoqué la mise en place d’un nouvelle durée fiscale des contrats d’assurance vie dans son édition du 7 septembre. Notre confrère Le Parisien confirme que cette piste de réforme est bien à l’étude dans son édition du 15 septembre. il en serait serait alors fini de la durée de 8 ans, à compter de l’ouverture du contrat.

Il faudra, si la réforme est adoptée, tenir compte de l’ancienneté de chacun des versements réalisés par l’assuré. Cette réforme ne serait pas présentée à l’occasion du projet de loi de finances (PLF) 2013, mais ferait partie du “paquet compétitivité” qui doit notamment proposer la modulation de l’impôt sur les sociétés selon la taille de l’entreprise et la remise à plat du système de financement de la protection sociale pour qu’il ne pèse plus uniquement sur le travail.


Un quart des conseillers en gestion de patrimoine estime que la profession se porte mal

Par La rédaction, LE 26 septembre 2012, 10:09

Pour 25% des 500 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), interrogés par TNS Sofres pour le compte de BNP Paribas, la profession se porte plutôt mal, voire même pour 2% d’entre eux, très mal. Le moral de ces professionnels affiche un point bas historique pour cette sixième édition du Baromètre CGPI puisqu’ils n’étaient que 17% à le penser l’an dernier.

« Les CGPI ont conscience de l’environnement durablement fragile qui les entoure », explique Hervé Cazade, responsable de la distribution et du développement commercial France chez BNP Paribas Cardif. Cette année, le baromètre montre que les conseillers indépendants ont pris conscience que le contexte n’allait pas s’améliorer de sitôt.

Peur du “Greece Exit”

Pour la profession, le principal défi dans l’exercice du métier reste l’adaptation à un contexte réglementaire plus complexe. Du fait de l’incertitude des marchés et le spectre de la sortie de la Grèce de la zone euro, la plus forte demande d’accompagnement de la part des clients a porté sur la révision des stratégies de placement.

Les perspectives fiscales occupent la deuxième place des préoccupations des CGPI, ce qui peut paraître assez logique sachant que le sondage a été réalisé par TNS Sofres entre le 24 mai et le 15 juin, c’est-à-dire en pleine période électorale avec en arrière-fonds un durcissement fiscal. Il n’empêche, il s’agit d’un changement radical des centres d’intérêt de la clientèle par rapport à l’année 2010, année où l’attrait l’investissement immobilier prédominait.

Pour 2012, 37% des CGPI interrogés anticipent une hausse de la collecte (contre 56% il y a un an), 38% une stabilité (contre 34%) et 25% une baisse (contre 10%). A noter également : l’épargne de précaution (livrets bancaires, comptes à terme…) progresse même si la priorité des clients reste la constitution d’une épargne de long terme.


Que penser du rapport Giscard d’Estaing ?

Par La rédaction, LE 3 octobre 2011, 08:10

Voilà, c’est fait. Avec près de deux mois de retard, le député Louis Giscard d’Estaing a remis fin juillet son rapport sur le métier de CGP. Un texte qui fait débat chez les professionnels de la gestion de patrimoine. Nous avons profité de Patrimonia pour demander leurs avis aux présidents des associations CIF présents sur le salon.