Articles comportant le mot clé ‘produits financiers’

Un club plus restreint

Par La rédaction, LE 3 septembre 2010, 14:09

Produits financiers inexistants, cycle tarifaire atone et baisse de la matière assurable se sont conjugués pour plombé les comptes d’exploitation des millionnaires du courtage. Sauf en cas d’acquisition, la croissance de l’activité n’a été que rarement au rendez-vous.

Les comptes d’exploitation des principaux courtiers ont souffert en 2009. L’exercice s’est caractérisé par une croissance très réduite de l’activité de la plupart des cabinets, voire même par une décroissance significative chez certains fleurons du courtage comme Aon (- 6 %) ou MMC (- 7 %). Même les grossistes, tels Solly Azar (+ 0,5 %) ou FMA (- 4 %), ont peiné. Seuls quelques modèles atypiques parviennent à contenir la crise ; les acteurs avec les stratégies les plus pertinentes parvenant même à prendre des parts de marché.Parmi les ténors du top 10, seul le groupe Assu 2000 parvient à afficher une croissance à deux chiffres (+ 12,3 %). Mais le groupe de courtage, exclusivement dédié aux risques des particuliers, dispose d’une entité grossiste (Maxance) et a dopé sa croissance par le biais d’acquisitions. Sur le segment des risques d’entreprises, Diot a lui aussi opéré deux petites acquisitions qui lui permettent d’afficher une hausse d’activité (+ 1,5 %) : « À périmètre constant, l’activité est stable », concède Jean Couturié. En dépit des pressions persistantes sur la rémunération des courtiers, Diot parvient à tirer son épingle du jeu auprès des grands comptes avec des affaires nouvelles significatives comme EDF. « En revanche, notre pôle santé-prévoyance a été affecté par la baisse des effectifs chez nos clients », explique le président du directoire.Des progressions grâce à la croissance externeLa croissance externe est aussi le facteur explicatif de l’un des principaux taux de progression du palmarès 2009. Le grossiste Assor (25 ME de chiffre d’affaires, en hausse de plus de 100 %) s’est en effet porté acquéreur d’une partie du portefeuille particuliers de Gras Savoye. Lequel voit, du coup, son chiffre d’affaires progresser de 3 % à périmètre constant et de 1 point seulement en publié : « La cession d’une partie de l’activité particuliers début 2009 explique la différence de périmètre. Compte tenu des baisses tarifaires obtenues pour le compte de nos clients et de la baisse de la matière assurable due à la crise, Gras Savoye s’est bien tenu en 2009 », explique Patrick Lucas.Les cinq majors du courtage hexagonal (Gras Savoye + 1 %, MMC France – 7 %, Aon France – 6 %, Verspieren + 1,5 % et Siaci Saint Honoré + 2 %) font largement moins bien que leurs suiveurs immédiats (Filhet-Allard + 6,4 %, Verlingue + 6,1 %, Assu 2000 + 12,3 % et Bessé + 2,7 %). Dans le haut du panier, c’est Siaci Saint Honoré (+ 2 %) qui s’en sort le mieux. « Nos différents métiers n’ont pas évolué parallèlement. Alors que l’activité IARDT est stable, la prévoyance santé France et international enregistre + 10 % et l’épargne retraite, – 6 %. Résultat, Siaci Saint Honoré progresse au global et fait la preuve de la pertinence de son modèle », explique Pierre Donnersberg. Et c’est MMC qui accuse la plus forte baisse d’activité des ténors (- 7 %) : « L’activité Conseil stratégique du groupe a souffert. Le courtage direct avec Marsh France limite la baisse à 2 points et la santé-prévoyance est en croissance de 7 % », relativise Stanislas Chapron.Le secteur assurantiel – et le courtage en particulier – n’en reste pas moins un secteur défensif. Quand les courtiers subissent des baisses d’activité, elles restent sans commune mesure avec celles qu’ont eu à essuyer bon nombre d’entreprises industrielles.Diversifier l’activité pour atterrir en douceurLa diversification de l’activité des cabinets généralistes est le principal facteur d’explication à cet atterrissage en douceur. Ainsi, le groupe Verspieren (+ 1,5 %) profite de la bonne tenue de deux de ses trois pôles d’activité (assurance de personnes + 4,5 % ; partenariats-particuliers + 5,8 %) pour contrebalancer la décroissance (- 1,8 %) des risques d’entreprises. « Le secteur est entré dans la crise au 1er janvier ; nous en sortirons plus tard que le reste de l’économie », remarque Pierre-Anthony Verspieren. Qui ajoute : « Crise ou pas, les engagements pris à l’égard des clients doivent être tenus et le groupe poursuit ses investissements pour asseoir son développement et améliorer son niveau de services. »

 Mais le chiffre d’affaires n’est pas tout. Et du côté des bénéfices, les courtiers n’ont pas été, là aussi, très gâtés. Alors que dégager de la marge sur l’activité IARD est déjà un exercice difficile pour les courtiers, l’absence de produits financiers est venue entamer un peu plus la rentabilité des principaux cabinets.

Un cran en dessous en termes de chiffre d’affaires, Verlingue (+ 6,1 %) et Filhet-Allard (+ 6,4 %) font beaucoup mieux que les cinq géants. Filhet-Allard, qui a réalisé une acquisition significative en santé-prévoyance (Carène), dispose en outre d’une cash machine fabuleuse avec sa filiale Assurances Moto verte.Sur le terrain, près des clientsEn IARD des entreprises, Verlingue et Bessé sont particulièrement performants avec de gros portefeuilles de PME-PMI et des stratégies assez proches. Les deux cabinets refusent de répondre aux appels d’offre et préfèrent la présence sur le terrain et la conquête « au corps à corps » de chacune de leurs affaires. Alors que la pression sur les rémunérations s’est faite beaucoup plus forte cette année, cette stratégie « quatre étoiles » s’est révélée payante.

Le cabinet Bessé affiche ainsi une progression de 2,7 %, exclusivement organique : « L’année a été très compliquée : les reports d’investissements et les baisses d’activités de nos assurés se sont fait durement sentir », concède toutefois Pierre Bessé, qui s’apprête à réaliser une petite opération de croissance externe pour la première fois dans l’histoire déjà longue du groupe.

 Stéphane Tuffery, L’Argus de l’Assurance n°7172